La France avec les yeux du futur

Éditoriaux

par Jacques Cheminade « Nous devons renouer avec l’héroïsme politique », nous dit Emmanuel Macron dans son entretien fleuve accordé au Point. Dans son discours non moins consistant adressé à la Conférence des ambassadeurs, il nous affirme qu’il « a choisi la voie d’une France reprenant son rang parmi les Nations en Europe », une Europe désormais « tournée vers l’avenir et vers les peuples ». Nous ne...
Lire la suite
11 juillet
Editorial de Jacques Cheminade, à paraître dans Nouvelle Solidarité N°4/2017 du 14 juillet 2017. (S"abonner ICI) L’on peut constater que le président de la République a confié à la droite financière l’ensemble de notre politique économique : Bruno Le Maire au ministère de l’Economie et Gérald Darmanin à celui de l’Action et des Comptes publics. La promotion de ces deux ambitieux est, bien entendu, un...
Lire la suite
12 juin
Comme j’écris ces lignes, le taux d’abstention des électeurs inscrits dépasse les 50 %. C’est le taux le plus élevé à des législatives depuis les débuts de la Ve République, sept points de plus qu’en 2012. Avec un tel taux, les candidats devront franchir le seuil de 25 % des inscrits pour participer au second tour. Il ne pourra donc y avoir que très peu de triangulaires. Ce qui permettra à La République...
Lire la suite
« La France catalyseur du monde et S&P catalyseur de la France » Après une élection façonnée par les médias, qui ont tous déroulé le tapis rouge devant Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la seconde en faire-valoir du premier, voici venue l’heure de vérité. Celle où Emmanuel Macron doit affronter non pas une candidate agressive et incompétente, après l’élimination d’un autre trop porté sur sa famille...
Lire la suite
Nos « responsables » européens et français ont accueilli avec sidération les deux événements qui remettent en cause leur statut : le Brexit d’abord, et maintenant l’élection de Donald Trump. En attendant le troisième, la très probable défaite de Matteo Renzi lors du référendum italien du 4 décembre. Les plus extrêmes, comme Dominique Rousseau dans Le Monde, affirment que les peuples ont eu tort et leurs...
Lire la suite
Lors de l’élection présidentielle de 2012, les grands partis ont pratiqué le chantage au « vote utile ». Le résultat est sans appel. Le Parti socialiste et plus généralement la gauche, qui ont disposé de la présidence, d’une majorité à l ’Assemblée nationale et au Sénat, du contrôle des régions et des départements, ont non seulement échoué mais servi la cause de leurs adversaires. L’opposition officielle de...
Lire la suite
Depuis plus de quarante ans, les dirigeants de notre pays en ont abandonné le gouvernail. Nous avons perdu notre souveraineté monétaire dans un monde livré à la dictature du court terme financier. Nous nous sommes soumis à un système criminogène qui enrichit les plus riches, matraque les classes moyennes et appauvrit les pauvres. Le Titanic atlantiste sur lequel nous avons été embarqués se dirige...
Lire la suite
Les Français veulent être respectés pour ce qu’ils sont et ce qu’ils font. Ils sont beaucoup plus conscients que leurs dirigeants de ce qu’il faut faire pour servir un projet de société capable de nous unir. Ce projet doit constituer un tout, depuis notre politique internationale jusqu’à l’administration des communes. Ne sont pas crus ceux qui multiplient les déclarations sur l’identité nationale et...
Lire la suite
Cessons de nous plaindre ! Car se plaindre sans agir conduit à un repli sur soi qui s’exprime politiquement sous forme de xénophobie (c’est la faute à l’autre) et individuellement d’une obstination à ne pas grandir. Agissons donc en relevant les défis qui nous sont jetés. Ce sont d’abord la chute du système financier et l’absence d’une culture porteuse d’espérance. Les banques italiennes,...
Lire la suite
6 juillet 2016
Lorsqu’on témoigne du respect aux gens, il n’y a pas d’exception au fait qu’ils vous le rendent formidablement. (Michel Rocard, dans sa dernière interview au Point, le 23 juin 2016). J’écris aujourd’hui ces lignes sur Michel Rocard pour trois raisons. La première est qu’il fut un homme de dimension, de cœur et d’écoute qu’on ne retrouve plus dans ce qu’est devenue la politique française. La seconde est...
Lire la suite