La France avec les yeux du futur
< Retour
Projet 2017

Les repères de mon combat

Notre pays se trouve sous la coupe d’une fausse élite issue de la connivence entre la grande banque, le monde des affaires et des intermédiaires affairistes, les grands corps de la haute administration, la politique, la justice, le journalisme parisien, les arts et les lettres et l’édition. Il s’agit d’une caste imprégnée de ce culte de l’avoir et de la jouissance immédiate que propagent ceux qui opèrent sur le court terme des marchés. Cette élite pervertie est l’émanation de la mondialisation financière : elle dégrade les êtres humains en exacerbant leur désir de posséder, en tourmentant leurs anxiétés et en flattant leurs ressentiments.

C’est cette fausse élite que ma campagne combat. Les Français la rejettent. Cependant, face à elle, ils sont indignés, atterrés ou passifs et ne conçoivent donc pas d’alternative. Ma candidature vise à leur redonner force et confiance, une fonction présidentielle retrouvée ayant pour mission de redéfinir les principes de l’action publique en éclairant le peuple, en émancipant sa participation citoyenne et en combattant ses ennemis.

Je ne passerai pas mon temps à blâmer les fautes des autres même si elles sont terribles – et elles le sont – mais à apporter une espérance avec un projet rassemblant les forces vives et créatrices de mon pays. Le défi est de rouvrir le champ politique à ceux qui en ont été progressivement et insidieusement exclus.

Ma candidature vise à leur redonner force et confiance.

Cela, comme je l’affirmais en 2012, revient à prendre au sérieux les principes de nos textes fondateurs, que la France a signés et ratifiés et dont nos dirigeants trahissent l’esprit :

  • Le Préambule de notre Constitution du 27 octobre 1946, voté « au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine ». Repris, avec la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, dans la Constitution de la Ve République, il reste chaque jour davantage lettre morte dans son contenu social. Il est une arme contre l’oligarchie financière, qui ne s’y est pas trompée en réclamant, par la bouche de JP Morgan, d’en suspendre l’application.
  • Le Programme d’action du Conseil national de la Résistance, du 15 mars 1944, établi afin d’instaurer « une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ». L’austérité de droite et la rigueur de gauche, associées à l’aventurisme sans projet cohérent des extrêmes, ont permis le retour de ces féodalités qui déchirent le tissu économique de notre pays. Ceux qui se plaignent de la montée du Front national sont ainsi ceux qui en ont créé les conditions, activement ou par défaut. Le chemin du futur passe par une refondation qui, fidèle à nos principes, serve le bien commun des vivants et des générations futures.
  • La Déclaration universelle des droits de l’homme, votée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948, dont le Comité de rédaction était présidé par Eleanor Roosevelt et dont un des membres les plus actifs fut René Cassin, qui avait auparavant rédigé les statuts de la France libre.
  • La Convention européenne des droits de l’homme (CEDSH), entrée en vigueur le 3 septembre 1953, et qui se réfère à la Déclaration universelle des droits de l’homme.
  • La Déclaration de Philadelphie du 10 mai 1944, concernant les buts et les objectifs de l’Organisation internationale du travail. Elle proclame que « le travail n’est pas une marchandise » et que « la pauvreté, où qu’elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous ».

Mon objectif est de faire revivre ces textes et leur esprit en ouvrant des pistes pour « élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine », comme le voulait Lazare Carnot. Car pour moi, la liberté ne consiste pas seulement à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, mais à faire à son avantage tout le bien qu’on voudrait qu’il nous fit.

C’est possible si l’on est convaincu que la France est « une certaine idée » qui s’accomplit dans l’histoire, en prenant constamment conscience de son sens, pour le bien commun non seulement d’elle-même mais de tous les peuples. C’est possible si l’on croit à l’article 2 de notre Constitution, « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Ma candidature présidentielle vise à redonner substance à ces repères, dans la réalité concrète de l’action quotidienne, pour qu’ils ne restent pas le décor cynique d’une farce politique au moment où le monde est sous la double menace d’un chaos financier et d’une guerre de tous contre tous s’ils continuaient à ne plus être respectés.

Je suis convaincu que notre peuple devient plus que jamais capable de comprendre son intérêt si quelqu’un lui fournit les repères nécessaires à son intelligence et à son cœur. Je pense que nous sommes dans la situation de ce que Rosa Luxemburg appelait une « grève de masse », dans laquelle le peuple ne veut plus de ceux qui l’ont abusé mais ne sait pas vers qui ou quoi se tourner. C’est une situation à la fois très dangereuse et très prometteuse, vis-à-vis de laquelle, malgré mon âge biologique, je me sens bien plus jeune que ceux qui ont fait carrière dans les écuries du pouvoir et se prétendent tous contre le système qui les a nourris. La souveraineté nationale, pour servir la cause des Français et celle de l’humanité, et la souveraineté individuelle, pour servir les causes de la souveraineté nationale et de l’humanité, sont ce qui inspire mon combat et celui des jeunes qui m’entourent. Tous nous exigeons un futur, contre ceux qui oppriment notre part d’humanité.

Ceux qui m’ont lu et écouté en 1995, en 2007 et en 2012 pourront constater que mes principes et la façon de les exprimer n’ont pas changé. C’est parce que ceux à qui je m’oppose n’ont pas arrêté de les trahir.

...malgré mon âge biologique, je me sens bien plus jeune que ceux qui prétendent être tous contre le système qui les a nourri...



< Retour

Sur le thème « Vie politique »

Consistance révolutionnaire

Ne plus penser par déduction ni par induction, mais en créant, en découvrant, par delà la logique absurde de systèmes clos. La gloutonnerie oculaire de notre époque nous en distrait. Ne plus penser par déduction ni par induction, mais en créant, en découvrant, par delà la logique absurde de systèmes clos. La gloutonnerie oculaire de notre époque nous en distrait.

Menton: Cheminade invité de La Fabrique Politique

Interview avec Jacques Cheminade, réalise par Sciences Po TV Campus de Menton dans le cadre de son intervention de La Fabrique politique.

Égalité républicaine : en soutien aux revendications des Mahorais

Voici la déclaration rédigée par Jacques Cheminade en soutien aux revendications des Mahorais, dont certains, très engagés à nos côtés, nous ont récemment fait part.

FBI, Trump, Russie : l'enjeu

Aux États-Unis, le « mémo Nunes » a été déclassifié vendredi par la Maison-Blanche, jetant une lumière nouvelle (pour beaucoup) sur l’affaire dite du Russiagate et discréditant les méthodes de déstabilisation du FBI.

Le macronisme est-il un humanisme ?

Dans cet entretien du mardi 23 janvier 2018, Jacques Cheminade revient sur la rencontre de Macron avec 140 PDG de grandes entreprises à Versailles, sur le vote du budget 2018 et discute de pourquoi les grands projets seuls peuvent engendrer une véritable justice sociale à long terme.

Cheminade sur les prisons

"Beaucoup y sont qui ne devraient pas y être !", c’est l’analyse de Jacques Cheminade sur la situation indigne des prisons qui a poussé les gardiens à se mobiliser cette semaine et qui n’est que la conséquence d’une politique inhumaine d’austérité financière.


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Rejoignez Jacques Cheminade !