La France avec les yeux du futur

Pourquoi l’Ukraine ne doit pas adhérer à l’Union européenne

jeudi 10 mars

Partagez l'article

Pourquoi l’Ukraine ne doit pas adhérer à l’Union européenne

par Jacques Cheminade, président de Solidarité & Progrès.

Paris, le 9 mars 2O22 – L’Union européenne a lancé le 7 mars l’examen des candidatures de l’Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, qui les ont déposées à la suite de l’opération militaire russe engagée contre l’Ukraine. Le président Volodymyr Zelensky a demandé que son pays puisse intégrer l’UE sans délai. En même temps, dans une interview à la chaîne américaine ABC, il a laissé entendre qu’il s’était résigné à ce que l’Ukraine n’entre pas dans l’OTAN. Les Etats-Unis ont, de leur côté, annoncé la suspension des importations de pétrole, de gaz et de charbon russes.

Le moment est venu, dans ces circonstances, de prendre rapidement une décision politique en considérant les intérêts vitaux de la France, de l’Europe et des peuples ukrainien et russe. Sans continuer à tergiverser, ni prétendre avoir les moyens de faire ce que nous ne pouvons pas.

L’essentiel est de considérer la situation en Europe par delà les considérations géopolitiques, dans le contexte d’une économie mondiale où l’intérêt des peuples est leur développement mutuel. En effet, la solution, par delà la situation en Ukraine, est de créer un nouvel ordre économique et monétaire international qui puisse fonder la paix, comme le firent en leur temps les traités de Westphalie. Il n’y a aucune possibilité hors de celle-là, qui consiste à créer les conditions de la paix, car l’alternative est une guerre destructrice de tous et/ou un effondrement économique généralisé. L’Institut Schiller a ainsi lancé un Appel (à signer) à convoquer une Conférence internationale afin d’établir une nouvelle alternative de sécurité et de développement pour toutes les nations.

Par apport à cela et dans les circonstances actuelles, entamer la procédure d’adhésion de l’Ukraine à l’UE ne ferait au contraire qu’accélérer la marche de somnambules vers un affrontement suicidaire. Non seulement elle apparaîtrait comme une provocation pour la Russie, mais économiquement, stratégiquement et culturellement, elle ne pourrait rien apporter. Pour les raisons suivantes :

  1. La Russie considère à juste titre que les promesses faites après la chute du mur de Berlin de ne pas étendre les forces de l’OTAN au-delà de l’Allemagne réunifiée n’ont pas été tenues. Et que, circonstance aggravante, les pays occidentaux n’ont pas été capables ou n’ont pas voulu imposer les accords de Minsk de 2015 à l’Ukraine. Le président Poutine pense que l’Ukraine et la Russie forment historiquement un même peuple et que les pays occidentaux ont rompu ce lien en faisant de l’Ukraine une plateforme d’agression contre la Russie ;
  2. De nombreux dirigeants et services occidentaux ont déclaré que leur politique vise à empêcher le développement économique et technologique de la Russie et de la Chine. La raison en est le contrôle économique et financier de leurs dirigeants par l’oligarchie de la City, de Wall Street et de leurs émanations dans le monde, alors que celle-ci ne peut continuer à exercer son emprise qu’en s’emparant de moyens et de ressources actuellement hors de sa portée. En effet, l’inflation que son système a déclenchée est due à une émission effrénée de monnaie et de crédit à laquelle ne correspond plus la production de biens physiques. C’est un système de capital fictif qui doit nécessairement s’étendre à l’extérieur de ses frontières pour survivre, soit en soumettant les autres, soit en les infiltrant économiquement et idéologiquement. Une logique de mafia a ainsi gagné le monde par une « dérégulation » généralisée, face aux forces d’une oligarchie de plus en plus impliquée avec le monde du crime et de ses trafics. C’est donc de système qu’il faut changer pour créer les conditions de la paix ;
  3. Les sanctions appliquées à la Russie ne seront pas en mesure de déstabiliser le pouvoir russe, soutenu par la majorité de sa population et ses forces armées. Les appels de diverses personnalités occidentales à éliminer physiquement le président Poutine sont en réalité un aveu d’impuissance. Indépendamment du jugement moral que l’on puisse porter sur ce type de considérations, dans le cas où elles pourraient aboutir, elles provoqueraient une situation de désordre et de chaos en Europe et dans le monde, comme le montrent tous les précédents ;
  4. Dès aujourd’hui, les sanctions infligées par les pays occidentaux se retourneront contre eux, en raison des contre-sanctions russes. Si l’arrêt des importations de gaz et de pétrole russe ne concerne que 8 % des importations énergétiques américaines, en Europe occidentale elles représentent respectivement 40 % et 30 %. De plus, l’industrie européenne (de pointe, numérique, aéronautique, automobile, etc.) dépend du titane, du palladium et du lithium produits en Russie. Notre agriculture dépend des engrais russes. Une crise généralisée s’ensuivrait de la rupture physique des chaînes de production et de valeur avec la Russie ;
  5. Si l’Ukraine était admise dans l’UE, cela reviendrait à y admettre les forces de l’OTAN. En effet, l’UE est liée à l’OTAN par le titre V, article 21 et 42 du Traité de l’UE. Sur les 27 pays membres de l’UE, 21 font partie du commandement intégré de l’OTAN, au sein duquel la France est revenue en 2008. Depuis 2002, les relations entre l’UE et l’OTAN se sont intensifiées. Notamment, par la déclaration conjointe du 10 juillet 2018, le président du Conseil européen, le président de la Commission européenne et le secrétaire général de l’OTAN « conviennent de renforcer la coopération entre l’UE et l’OTAN (...) sa qualité, son étendue et son intensité ». Plus précisément, les signataires encouragent « la participation la plus large possible des Etats membres de l’UE qui ne font pas partie de l’Alliance aux initiatives de celle-ci ». On ne peut être plus clair et la Russie en tire les conclusions qui s’imposent ;
  6. Pour toutes les raisons qui précèdent, l’entrée de l’Ukraine dans l’UE serait donc considérée par la Russie comme une agression. Comme il est, de toute évidence, tout aussi clair que cela dégénèrerait en une guerre avec elle, que nous n’avons pas les moyens et qu’il n’est pas de notre intérêt de mener, une autre approche est indispensable ;
  7. Dans le cadre de l’accord plus général définissant une démarche de stabilité et de sécurité par le développement mutuel dans le monde, comme le demande l’Appel de l’Institut Schiller (merci de le signer), la paix en Ukraine suppose trois choses : sa neutralité garantie par les grandes puissances, le respect de ses frontières et le développement mutuel économique, social et culturel pour l’ensemble des composantes du pays. C’est seulement dans ce cadre élargi à une nouvelle architecture de sécurité et de développement international que ces trois conditions peuvent être réunies en Ukraine ;
  8. L’Ukraine pourra ainsi redevenir un exemple de politique de paix par le développement mutuel en Europe et dans le monde, dans l’esprit de la paix de Westphalie. L’emprise des forces ultra-nationalistes et néonazies sur la politique ukrainienne et une partie de sa population pourra ainsi être levée, ainsi que la présence forcée de toutes les forces étrangères sur son territoire.

Cette démarche de « coïncidence des opposés » au nom d’un principe supérieur n’est pas facile, mais, encore une fois, elle est l’alternative à la guerre et à une destruction économique mutuelle et suicidaire.

Ce jeudi 10 mars, M. Cheminade fera le point sur la situation internationale et tracer les pistes vers le retour à la paix.

Il répondra également à diverses questions posées par les internautes. La vidéo sera ensuite rendue disponible sur notre site et sur notre chaîne youtube.

Tous les 15 jours, retrouvez l’éclairage de Jacques Cheminade, en direct sur notre page Facebook à 20h30 le jeudi soir.


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Prenez contact !