La France avec les yeux du futur

1986 – Raid du FBI contre l’organisation politique de Lyndon LaRouche

Partagez l'article


En octobre 1986, 400 agents du FBI, de l’Etat de Virginie et de la police locale, avec le soutien d’unités de l’armée, y compris un char et un hélicoptère, lancent une perquisition des bureaux du mouvement politique de Lyndon LaRouche à Leesburg. Cette opération n’était que le prélude, suite à un procès reconnu comme truqué, à son incarcération pour des motifs purement politiques. La présence d’un surnombre d’hommes en armes lors du raid du FBI s’explique du fait que les ennemis de LaRouche, ayant fait circuler l’affirmation fausse que LaRouche disposait du « plus grand stock d’armes du monde », espéraient ainsi créer les conditions de son élimination physique. La perquisition fut stoppé nette suite à une intervention directe de la présidence américaine informée de l’opération en cours.

Après un premier procès à Boston qui fut annulé mais où le jury aurait unanimement voté « non coupable » selon le Boston Herald du 5 mai 1988 et plus tard suivant les déclarations de plusieurs membres du jury, Lyndon LaRouche et plusieurs de ses collaborateurs furent finalement incarcérés à la suite d’un second procès plus expéditif à Langley, le siège de la CIA en Virginie, dans lequel les membres du jury ont pris leur décision sous la coupe d’un président membre de la FEMA, l’agence américaine de gestion de crise.

Pour Jacques Cheminade,

Il s’agit pour M. Bush et ses amis anglais et américains de faire taire la seule voix américaine qui dénonce la folie de leur politique financière d’usure, et défend la cause de la survie de l’Afrique, de l’Amérique latine et de tous les alliés - notamment éuropéens et Asiatiques - des Etats-Unis.

(Nouvelle Solidarité, 3 février 1989)

Lyndon LaRouche fut « libéré sur parole » en 1994, après la défaite électorale de George Bush.
À ce jour le gouvernement américain n’a toujours pas reconnu officiellement le caractère politique de son incarcération.

JPEG - 421.6 ko
Encart paru dans le journal Nouvelle Solidarité.
Certains des collaborateurs de Lyndon LaRouche ont passé plus de 10 ans en prison pour des motifs politiques.

...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Prenez contact !