La France avec les yeux du futur

Sécurité publique, sécurité sociale, sécurité nationale : combattre le terrorisme à sa source

jeudi 13 octobre 2016

Partagez l'article

Samedi 8 octobre 2016, des policiers ont échappé à une tentative d’homicide perpétrée par des criminels cagoulés désireux de défendre leurs trafics (drogue, etc.) dans le quartier de la Grande Borne à Viry-Châtillon en banlieue parisienne.

Depuis ? Une avalanche de paroles verbales ainsi que des propositions de mesures toutes plus inutiles les unes que les autres.

Pour traiter le fond du problème, voici l’analyse et les propositions de Jacques Cheminade.

La lutte contre le terrorisme, dont nous parlent la majorité et son opposition officielle, se réduit à une succession de réactions vis-à-vis d’une opinion que la dérive des médias et des réseaux sociaux plonge dans le désarroi. L’accumulation de mesures de surveillance et de répression, découlant des prolongations successives de l’état d’urgence, est non seulement globalement inefficace, malgré l’extraordinaire dévouement de policiers et de gendarmes soumis à des cadences infernales, mais elle entretient un climat d’affrontement qui risque de devenir de plus en plus dangereux et de favoriser ce que cherchent à provoquer les assassins manipulés par Daech et ses parrains du Golfe. En mythifiant négativement des tueurs qui défient notre appareil d’Etat, on les conforte dans leur fantasme de toute puissance. Pire encore, en répétant qu’il y aura de nouveaux attentats, on tombe dans un discours de fatalité comme s’il était impossible de maîtriser ce qui nous arrive. Certes, le risque ne pourra jamais être réduit à zéro, mais l’afficher et le proclamer ne peut que démoraliser ceux qui le subissent.

Nous voici donc dans une situation où l’état d’urgence sera prolongé théoriquement jusqu’au 26 janvier et où, de fait, personne n’osera le lever pendant la campagne présidentielle. Sans que nous soyons suffisamment protégés et sans prendre les mesures d’interdiction de toute manifestation massive qu’impliquerait un réel état d’urgence. Qui pourrait donc prendre au sérieux notre détermination ? L’opposition de droite et de droite extrême, elle, multiplie les surenchères sécuritaires qui, en tant que telles, ne peuvent en rien nous protéger. C’est un projet d’ensemble unissant sécurité publique, sécurité sociale et sécurité nationale qui est nécessaire.

On a besoin de sang-froid et de détermination, individuellement et collectivement, face à la menace. La République doit se fonder sur ce sang-froid là, car l’Europe s’est hélas transformée en une réunion de copropriétaires rapaces. Je suis prêt à porter le projet d’ensemble que ce sang-froid doit dicter, en espérant inspirer ceux qui en restent à l’illusion répressive comme une chose en soi.

Sécurité publique

La loi du 21 juillet 2016 fournit un arsenal suffisant de mesures. Il reste dans ce domaine à se donner les moyens de les appliquer. Voici ce que je propose :

  • Au sommet, mettre en place un réel centre de lutte anti-terroriste, adossé non seulement au ministère de l’Intérieur mais aussi à la Présidence de la République.
  • Coordonner renseignement intérieur et extérieur, d’abord au niveau français, entre services (Police nationale, Gendarmerie et Préfecture de police de Paris), puis au niveau européen. Sans crainte de vexer les susceptibilités quand l’intérêt national est en jeu, tout en préservant un compartimentage pour ne pas tout sacrifier quand on perd un espace d’action. Au niveau européen, il faut créer un système d’échange d’informations et de profils. Il faut renforcer l’Europol, qui réunit aujourd’hui seulement 912 fonctionnaires et 185 « officiers de liaison » nationaux pour 500 millions d’Européens. Si, avec le système d’information Schengen II, les polices européennes, les gardes-frontières et les juges ont accès à une base de données alimentée par leurs homologues de l’espace Schengen, ce système n’est cependant pas interconnecté à celui d’Europol. Ici une décision s’impose, par dessus les susceptibilités historiques.
  • Rétablir le renseignement de proximité et créer une direction générale du renseignement territorial, en y intégrant une partie des effectifs de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris. Il s’agit à la fois de multiplier les opérations d’infiltration sur le terrain et de fournir les moyens d’analyse centralisée des moyens collectés, sans se trouver noyés dans la « big data » mais en fournissant les logiciels de détection des visages des suspects sur les films fournis par les caméras. Une information sur le terrain « à la française » ne peut en aucun cas être remplacée par la méthode américaine fondée sur un « bouclier » de données technologiques. Contrairement à ce que croyait et croit Nicolas Sarkozy, plus de technologie ne permet pas d’entretenir moins d’hommes.
  • Sécuriser systématiquement les espaces publics en y combinant des obstacles fixes efficaces et la présence de physionomistes et de comportementalistes. Il s’agit de toujours prévoir le coup d’après sans jamais tomber dans les habitudes d’avant.
  • Renforcer le renseignement en prison, qui est un centre de radicalisation. Certes, un amendement à la loi de juillet permet d’intégrer le bureau de renseignement pénitentiaire au sein du second cercle de la communauté du renseignement. Il faut aller plus loin et renforcer le renseignement en prison en assurant qu’il remonte sans se dissoudre dans une bureaucratie impuissante. Un policier de la Direction générale du renseignement intérieur (DGRI) devrait être affecté dans chaque établissement pénitentiaire pour assurer une coopération à la base.
  • Le lien entre petite criminalité et terrorisme étant souligné par tous les experts, il est nécessaire de réduire rapidement l’écart entre la politique pénale et les infractions constatées. Ce qui suppose à la fois une politique de construction de 10 000 places supplémentaires en prison, afin que les conditions de détention dans les maisons d’arrêt ne soient plus une circonstance aggravante pour la condition morale des détenus non encore jugés.
  • Le lien entre passage à l’acte terroriste et pratique de jeux vidéo violents d’abord, puis consultation d’images criminelles sur les sites djihadistes, étant lui aussi établi, il faut à la fois prévoir l’interdiction des jeux vidéo violents lorsqu’ils mettent en scène des actes de torture ou de crime et la pratique de tirs instinctifs, et pénaliser lourdement la consultation répétitive de sites djihadistes comme c’est le cas pour les sites pédophiles.
  • Renforcer considérablement le nombre de conseillers d’insertion et de probation, en leur assurant une formation pour mieux prévenir la récidive et favoriser la réinsertion humaine des personnes condamnées. Il a été prévu un plan de 1000 recrutements étalé sur 4 ans, tout à fait insuffisant alors que 3200 conseillers et 500 cadres du corps de direction des services d’insertion et de probation sont supposés suivre 250 000 personnes ! Il faut créer au moins 2000 nouveaux postes dans ce secteur fondamental pour réintégrer les condamnés dans notre société en prévenant les récidives. Bien entendu, un élément de leur formation doit porter de manière plus approfondie sur les conditions de la radicalisation djihadiste.
  • Se donner les moyens de renforcer la réserve opérationnelle de l’armée. L’objectif de départ de 100 000 réservistes (moitié défense, moitié gendarmerie) est très difficile à atteindre. Or ces personnels, composés pour moitié d’anciens militaires d’active et pour l’autre de volontaires, effectuent à peine plus de vingt-cinq jours de mission par an. Ce qui ne permet d’aligner sur le terrain qu’à peine plus d’un millier d’hommes et de femmes. Il faut donc aller plus loin, et l’on parle de 100 000 volontaires capables de renforcer nos unités professionnelles, actuellement épuisées par leur mobilisation dans des opérations intérieures et extérieures. Ce ne serait possible qu’en faisant de cette garde nationale l’aboutissement d’un service civique, militaire ou civil, dont la durée ne devrait pas être inférieure à six mois. Ainsi se constituerait une véritable défense opérationnelle du territoire, qui aurait pour avantage de sortir de leur univers des jeunes des cités à qui apprendre des valeurs communes. Pour chacun, l’accès à un permis de conduire doit être assuré gratuitement au cours de ce service. Le coût élevé qu’il implique serait largement compensé par l’intégration sociale qu’il permettrait d’assurer. L’objectif ne doit pas être de former une armée pour combattre le djihadisme (ce qui relève de professionnels), mais de créer un moment de rencontre entre la nation et sa jeunesse. Bien évidemment, pour former une garde nationale digne de ce nom, les réservistes devraient avoir droit à trente jours par an d’absence de leur travail (contre cinq aujourd’hui dans le secteur privé). En échange de quoi les employeurs facilitant les engagements devraient recevoir un label et bénéficier d’avantages dans tous les contrats intéressant l’équipement militaire et celui de la garde nationale.
  • Régler le million d’heures supplémentaires dues aux policiers et aux militaires, qui créent une animosité dans l’exercice de leur fonction, renforcée par l’absence d’instructions claires d’action dans la répression des casseurs. En ce qui concerne les manifestations elles-mêmes, une communication systématique avec les manifestants non violents et les services d’ordre des syndicats doit permettre d’isoler les casseurs et ne pas leur laisser l’initiative, ce qui rendra moins pénible le travail des forces de l’ordre et réduira les occasions d’éventuels dérapages de leur part.
  • Libérer la police judiciaire de la paperasse administrative : alors que l’achat d’une balise pour surveiller un véhicule suspect demande le respect de délais découlant des règles qui encadrent les marchés publics, des systèmes d’urgence doivent être prévus. Le but est de redonner les moyens de faire aux enquêteurs, alors qu’aujourd’hui on trouve des postes vacants dans ce domaine, y compris dans la sous-direction antiterroriste.
  • Arrêter la paupérisation de la justice en lui redonnant à elle aussi les moyens d’enquêter et de rendre ses jugements plus vite et avec un délai d’application sans une attente qui la discrédite. C’est ici un point de grande urgence, qui exige une intervention immédiate. Augmenter en même temps les budgets de la police et de la justice est un impératif catégorique.

Nous avons déjà dans notre Constitution et notre Code pénal les instruments nécessaires pour punir sans complaisance les assassins djihadistes. Il manque une cohérence d’ensemble, en application des moyens que je viens d’énoncer et pour lesquels je me battrai. Proposer le placement en centre fermé de tout national ayant des « connexions directes ou indirectes » avec un groupe terroriste, supprimer le droit du sol, rétablir un régime de double peine absolue, interdire de culte les salafistes sans preuve d’activités punissables en droit ou même l’Union des organisations islamiques de France, ou encore imaginer la déportation des suspects « fichés S » dans nos territoires antarctiques, ne ferait au mieux que déplacer le problème, au pire bafouer l’Etat de droit et entretenir ou même étendre le sentiment d’exclusion qui est le terreau pour lever des armées de paumés et de voyous suicidaires.

Il ne faut en aucun cas que l’urgence nous fasse abandonner le principe de séparation des pouvoirs, fondement de l’ordre républicain, ce qui signifie non pas une résignation impuissante mais une police et une justice avançant dans le respect mutuel et sans concessions pour les criminels.

La détention administrative doit devenir la norme, mais être décidée par le seul juge d’instruction en fonction des contraintes de l’enquête. Rappelons que Marine Le Pen, qui depuis s’est partiellement rétractée, avait affirmé le 10 décembre 2014 sur RMC que « oui, oui, cela [la torture] a été utilisé dans l’histoire. Je crois que les gens qui s’occupent de terroristes et accessoirement de leur tirer des informations qui permettent de sauver des vies humaines sont des gens qui sont responsables. » Ce n’est en aucun cas ma conception de la responsabilité d’un être humain.

Il est juste de parler de sécurité. A condition que ce mot soit compris dans toutes ses dimensions. Car la sécurité ne sera vraiment assurée que le jour où les ressentiments et les frustrations n’auront plus de quoi s’alimenter, en France et dans le monde. C’est le fondement social de notre République.

Sécurité sociale

C’est un projet de société porteur de sécurité sociale qui, par sa nature même, est l’antidote du terrorisme. Ne pas le mettre en place, comme on a procédé depuis plus de quarante ans, revient à en créer les fondements. C’est pourquoi je considère la sécurité sociale, la sécurité qu’offre le droit à un logement, à une nourriture saine, à un emploi et à la santé publique, comme une priorité absolue. Car il s’agit bien d’une guerre, celle qu’on doit mener contre les structures inégalitaires qui rendent la vie invivable et pour la protection contre toutes les formes de précarité. Ainsi le terrorisme pose bien la question déterminante de ce qu’est et doit être notre identité.

Il s’agit de faire la guerre pour arrêter la régression sociale, pour arracher les êtres humains à une logique de pessimisme, de ressentiment et de haine. Notre identité de Français et de républicains est d’assurer un projet d’unité nationale que je lance comme un défi comportant une démarche partant de trois principes :

  • Assurer une croissance économique réelle, c’est-à-dire physique, et pour cela combattre à nouveau ce féodalisme financier qui est aujourd’hui plus encore notre ennemi que lorsque le Conseil national de la Résistance le désignait ainsi dans son programme. La curée spéculative engagée dans le monde depuis plus de quarante ans doit être pour toujours arrêtée et pour cela frappée en son cœur, la City de Londres et Wall Street. C’est là la source principale de l’insécurité car elles promeuvent un système par nature criminel, jouant du terrorisme comme d’un moyen de diviser pour régner. A la spéculation financière destructrice doit se substituer une science du crédit public, concentrant l’épargne et le potentiel de notre pays dans la recherche fondamentale, l’innovation et la productivité technologique.
  • Mettre en place une éducation des capacités créatrices de l’être humain, qui fournisse les instruments nécessaires au réveil du désir de vivre ensemble. Le chant choral est un élément fondamental de cette démarche, car il éveille l’attention aux voix des autres et à la capacité de s’unir à elles pour composer un ensemble dans lequel la rage destructrice ne peut avoir de place. L’enseignement des religions à tous et des principes de notre coexistence culturelle doit être notre socle, au sein d’une laïcité attachée à la liberté de conscience et ne pouvant pleinement s’accomplir que par ce que Jaurès appelait la « fin des réprouvés ». La qualification de l’emploi vers les découvertes et les technologies du futur sera le pont concret entre cette éducation et l’économie.

Une politique massive pour l’emploi des jeunes et une formation professionnelle portant vers les emplois du futur correspondant à ces technologies sera au cœur économique de ce projet. Pour y parvenir, il faut dès le départ dépenser davantage dans les écoles maternelles, le primaire et les collèges pour ne laisser aucun enfant sur le bord du chemin.

Ce qui signifie aussi ne plus tolérer, comme à Marseille, le délabrement parfois ahurissant de nos établissements maternels et primaires et augmenter rapidement le traitement de nos enseignants, qui sont parmi les plus bas d’Europe et se sentent méprisés. Il faut accroître les salaires des débuts de carrière, comme par exemple en Corée, pour rétablir un respect social des enseignants et créer un attrait pour les meilleurs.

L’effort côté éducation et santé du plan d’urgence pour aider la ville de Grigny est un exemple de ce qui doit être entrepris partout où se produit un décrochage social. Passage de huit à treize maîtres en surnuméraire pour prendre en charge les élèves en difficulté dans le primaire, hausse des heures de dotation globale pour les collèges, des crédits supplémentaires pour la formation linguistique, soutien au centre de formation et de professionnalisation, ouverture d’un centre médico-psycho-pédagogique. Il ne reste qu’à organiser la participation de tous à un projet intégré, sans injonctions venues du haut de la pyramide bureaucratique.

  • Promouvoir dans ce contexte les associations culturelles, artistiques, cultuelles et sportives amateurs, rapprochant les Français dans des activités créant une joie de vivre et de connaître ensemble. Les chorales poursuivant le travail accompli à l’école seront la figure de proue de cet engagement. L’urgence, comme le dit une Nadia Remadna, est de montrer aux petits de 10 ans que dans la vie, il est possible de faire de belles choses ensemble, de connaître ceux qui les ont faites dans le passé, il y a la musique, les musées, les livres, l’amour s’étendant au delà de la limite des quartiers et des milieux sociaux, cette « République universelle » annoncée par Victor Hugo.

Idéalisme ? Non, mais fondement de ce qui a fait notre pays dans le passé et qui doit le projeter dans le futur. Pensons-y un instant : la quasi totalité des assassins djihadistes ont passé des centaines et des centaines d’heures sur les bancs de nos écoles. Il y a donc bien un respect, un enthousiasme et une espérance à rétablir, qui constituent en fait la meilleure des protections possibles contre les dérives. Pas la seule, bien entendu, mais la principale.

Reste le monde. Prétendre aujourd’hui faire une politique intérieure sans dimension mondiale est impossible. On ne peut bâtir un modèle en vase clos, mais on doit donner l’exemple, pour créer les conditions dans lesquelles les moyens et les principes puissent s’inscrire dans la réalité.

Sécurité nationale

Commençons ici par ce qui blesse : ce sont les guerres menées, comme nous l’avons fait, sans le moindre discernement dans des régions du monde où rien ne nous imposait d’intervenir, qui ont exacerbé les rancœurs, l’émigration et le terrorisme à partir de ces régions. A la suite de la puissance américaine, nous sommes intervenus en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie en déstabilisant des régimes qui étaient, certes, des dictatures, mais pour livrer ces pays à des guerres ethniques, inter-tribales et religieuses qui y ont répandu la destruction.

Nous avons, avec les autres gouvernements occidentaux, pratiqué un politique d’intervention, en fomentant les dissensions et même en laissant l’Arabie saoudite et le Qatar, par l’entremise de leurs services et organismes de « bienfaisance », alimenter le djihadisme. Il est clair, dans le cas de la Syrie, pour n’en mentionner qu’un, que c’est l’opposition de son gouvernement à la construction d’un pipeline amenant le pétrole du Moyen-Orient en Europe en contournant la Russie qui a amené les puissances financières dominantes à tenter d’éliminer Bashar el-Assad, et non le prétendu souci moral d’y imposer une démocratie illusoire.

Nous devons donc changer de politique en revenant aux principes du gaullisme reposant sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, en reconnaissant l’existence des Etats et non en cherchant, pour des raisons intéressées, à fomenter des changements de régime.

Le document du Club des vingt sur les sept impasses de la diplomatie française conclut justement :

Le temps est révolu où la France pouvait se dire ’à l’avant-garde du monde’. Mais à une époque où le monde est toujours plus indéterminé, elle doit, par une intelligence des situations, éclairer la route commune. Dans un monde pluriel et divisé, elle peut, de surcroît, constituer un trait d’union, c’est-à-dire faire œuvre de médiateur. Parler avec tous et penser par elle-même.

Concrètement, cela signifie ne plus faire d’un homme comme le prince Bandar notre interlocuteur en Arabie saoudite et ne plus se flatter de vouloir établir un « partenariat de référence » avec ce pays dont les 28 pages qui viennent d’être publiées dans le rapport au Congrès américain sur le 11 septembre, et des milliers de documents par ailleurs disponibles, montrent bien l’implication, directe ou indirecte, dans les attentats terroristes. Nous devons donc revenir à la politique gaulliste si nous voulons échapper à un embrassement mortel avec ceux qui ont créé le terrorisme et alimenté sa montée en puissance, et qui mènent aujourd’hui une guerre génocidaire au Yémen.

Plus fondamentalement encore, nous devons abandonner toute compromission avec le système financier et monétaire de la City de Londres et de Wall Street, qui constitue aujourd’hui un système criminogène s’étant compromis avec le trafic de drogue, le crime organisé et le terrorisme, comme l’ont bien montré hier le comportement de la BCCI et aujourd’hui celui de HSBC. En voulant plaire aux marchés financiers, l’Etat a fait de leurs priorités les siennes. En leur livrant le produit de son endettement, il s’est abandonné à eux pieds et poings liés. Sous l’œil de leurs sentinelles qui surveillent nos politiques publiques, les agences de notation. La bataille contre le terrorisme doit se mener sur le terrain financier et monétaire.

C’est de ce système qu’il faut sortir, en s’appuyant sur la démarche de la Chine, qui trace les pistes d’un nouveau paradigme, « gagnant/gagnant » car il repose sur le financement de grands projets d’un intérêt mutuel. Non pour s’y soumettre, comme nous le faisons actuellement vis-à-vis de la dictature financière anglo-américaine, mais pour occuper une place dans le poste de pilotage. La France doit à nouveau servir la cause de l’humanité et celle de la solidarité entre Français, par le progrès économique et social permettant d’« élever à la dignité d’hommes tous les individus de l’espèce humaine ».

C’est au sein de cet ordre que l’on pourra arrêter le démantèlement économique et social que nous subissons, en retrouvant notre raison d’être. Le G20 qui se tient à Hongzhou les 4 et 5 septembre, puis les autres réunions internationales au sein des Nations unies, doivent être l’occasion d’amorcer ce changement de cap. Sans lui, la priorité accordée au gain financier entraînera le chaos économique et social, la poursuite du terrorisme et la guerre.

Notre responsabilité, par delà les moyens engagés dans la lutte contre le terrorisme en tant que tel et nos principes d’action, est de nous battre pour rétablir un ordre de développement mutuel, permettant aux capacités créatrices de l’esprit humain de s’exprimer pour combattre l’injustice dans le présent et tracer la voie du futur. Le système actuel est « no future », sans futur, ce qui est la véritable cause de l’insécurité et du terrorisme. C’est pour cela que nous devons en sortir en en définissant un autre, correspondant à notre condition d’êtres humains.

Commençons donc par organiser à Paris un sommet avec les pays concernés, du Maghreb, du Golfe, d’Afrique et du monde entier pour en finir avec le combat géopolitique destructeur, qui prend en otage les Français musulmans et chacun d’entre nous, pour en finir avec la menace en la combattant ensemble et en définissant l’ordre de développement mutuel qui en effacera les conditions d’existence. Il faut mettre en place un Plan Marshall pour le sud de la Méditerranée. Tant que la Syrie, la Libye et les pays de cette zone ne seront pas stabilisés et reconstruits, on ne pourra pas éradiquer le djihadisme terroriste.

Dans ce contexte, le fait que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ait choisi le britannique Julian King pour être le futur commissaire chargé des questions de sécurité au sein de l’Union européenne, est significatif de tout ce que nous ne pouvons pas admettre.

Arrêter l’abandon

Une partie croissante de nos concitoyens ont le sentiment d’être abandonnés par l’Etat et livrés à l’insécurité publique, sociale et nationale. Une partie croissante des pays du monde ont également le sentiment que les Etats-Unis et les pays européens les ont abandonnés ou outragés. Le moment est venu de mettre fin à cet abandon et de retrouver notre raison d’être. Notre pays a un rôle fondamental à jouer, dans le monde et vis-à-vis de lui-même, si nos politiciens abandonnent, eux, leurs querelles vulgaires et subalternes.

Il y a un grand risque à suivre la voie que je propose. Cependant, continuer à aller comme on va est bien plus dangereux. C’est donc retrouver le courage de nous lancer dans une grande querelle, en tant qu’individus et en tant que nations, qui est la voie du salut commun. C’est surmonter la peur de ce qui vient en changeant de cap et non continuer à se soumettre ou se lancer dans une suicidaire fuite en avant.


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Prenez contact !