La France avec les yeux du futur

Rendre l’argent au peuple

mardi 23 novembre

Partagez l'article

Le système occidental ne répond plus aux défis de l’époque. Dans le monde, une dictature financière fait prévaloir contre tout le profit à court terme. Chez nous, tous les gouvernements, depuis plus de 40 ans, se sont adaptés au lieu de combattre. Aucun des problèmes posés par les Gilets jaunes ne peut, dans ce système, être résolu. La vie chère asservit. L’essence atteignant 2 € le litre et le fioul 1 € frappent ceux qui doivent utiliser leur voiture pour travailler et empêchent de chauffer décemment les logements. L’illusion d’un maintien relatif de consommation a été entretenue en distribuant de l’argent fictif, sans base productive, et en promouvant un crédit à la consommation qui nous étrangle.
Ça ne peut plus durer.

Dans le monde, ce système de fausse monnaie détruit et s’autodétruit. Soit il continue à en émettre des quantités croissantes via ses planches à billets électroniques, et rien ne pourra arrêter une hyperinflation ruineuse pour les peuples. Soit il réduit fortement ces émissions, relève les taux d’intérêt directeurs des Banques centrales et provoque une insolvabilité généralisée, une austérité sociale féroce et en conséquence, un effondrement de tout le système. L’alternative de survie est de sortir de ce culte de la monnaie qui conduit à la ruine et à la guerre, car il est à l’opposé d’une politique de paix par le développement mutuel. Ce qui se passe en Ukraine, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie ou à Taïwan témoigne de ce danger immédiat de conflit.

Chez nous, l’adaptation à cet ordre de mondialisation financière a été vendue sous le nom d’Europe. La fausse Europe de l’Union européenne, avec un euro et un dollar qui ne sont plus les monnaies de nations souveraines mais les devises des marchés financiers mondiaux sous perfusion d’algorithmes, contrôle des géants du numérique et protection des services de renseignement et des forces armées de l’OTAN. La perte de notre contrat de sous-marins avec l’Australie est un exemple de comment cela fonctionne.

Ça ne peut plus durer !

Résultat de cette soumission : aucune politique de réel développement économique et de justice sociale chez nous. Logement : entre 2007 et fin 2021, le gouvernement a fait plus de 10 milliards d’euros d’économies sur les aides, dont la moitié directement ponctionnée sur les bénéficiaires. Hôpitaux : gérés à flux tendus comme ne devraient même pas l’être des entreprises, ils soumettent les personnels soignants à des cadences insupportables, ferment des lits alors qu’on en a le plus besoin et manquent de médicaments, comme le reconnaît l’Agence générale des équipements et produits de santé de l’AP-HP. Natalité : baisse du complément modes de garde (2018), faible revalorisation de l’allocation perçue par les familles, recul du nombre d’assistantes maternelles. Jeunes : des aumônes alimentaires pendant la pandémie et un « contrat d’engagement jeune » devenu une tromperie, avec une réduction du nombre de bénéficiaires et des fonds débloqués insuffisants. Retraites : Macron annonce pour demain ce qu’il n’a pas réussi à faire passer hier. PME : écrasées par les dettes et la paperasse administrative et fiscale.

Énumération injuste ? Non, éléments successifs d’un système politique pris au piège de sa propre soumission. Ce qui se passe aux Antilles ou à Mayotte n’est que le cas extrême d’un abandon de responsabilités humaines.

La campagne présidentielle n’apporte pas de réelles solutions. Les incantations sur l’immigration, l’identité et l’islam ne font que rejeter sur l’autre la poussière que nous devrions balayer dans notre maison. Steve Bannon, le suppôt de l’extrême-droite américaine, veut faire de la France « un laboratoire ». Prenons-le au mot : non pas son laboratoire de droite à front de taureau, mais celui d’une souveraineté rendant au peuple le droit de décider où va l’argent, pour quoi faire et pour qui. La force citoyenne au service de la création humaine, prenant le taureau ennemi par les cornes.

PASSEZ A L’ ACTION, APPELEZ NOS MILITANTS AU 01 76 69 14 50
OU FAITES UN DON EN CLIQUANT ICI


...suivez Jacques Cheminade sur les réseaux sociaux :

Prenez contact !


L’édito de Jacques Cheminade est publié tous les 15 jours dans le journal Nouvelle Solidarité.